Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
LA TROUPE AU VERT

voyage en van en Amérique du sud

La péninsule de Valdes et la côte atlantique

Publié le 30 Novembre 2022 par Sandrine

Vendredi 25, 18.30 nous sommes enfin sur la Péninsule de Valdes. Il fait chaud, il y a du vent et la poussière est partout. Il faut dire que de la poussière on en bouffe. Dès qu’on est sur une piste, elle s’infiltre partout dans le Van (fenêtre, porte arrière, chauffage, ventilation gaz etc…) à tel point qu’il est parfois difficile de respirer… Pourtant hier soir j’ai tout calfeutré « au gros tape gris ». Finalement c’est en fermant toutes les fenêtres et en mettant la ventilation au maximum, qu’on met l’habitacle en « sur pression ». De cette façon l’air extérieur ne rentre presque plus.  


Déjà 4 semaines que nous avons quitté la Belgique, dont 10 jours dans le Van. Le lâcher prise poursuit son travail. Et plus que jamais, nous devons nous concentrer sur le moment présent et prendre toute une petite série de décisions au quotidien. Les choses à ne pas manquer, peuvent parfois se montrer décevantes, soit c’est la nature qui nous bloque (par exemple, une excursion baleine annulée à cause du vent). Par contre, nous devons saisir les petites merveilles qui peuvent s’offrir à nous. Oser décider de s’arrêter sur un très beau spot et remettre à demain ce que nous avions prévu par exemple. Il faut sans cesse pouvoir s’adapter et rester flexible.


Nous avons commencé cette belle région atlantique par sortie magique en zodiac et combi (mardi 22) à la rencontre des Lions de Mer, avec 2 jeunes français de 25 ans rencontrés sur la route. Les Lions de Mer passent la journée à marée basse sur un banc de sable à quelques KM des côtes. A marée haute, ils prennent la mer pour retrouver le rivage. Et c’est à ce moment, que nous attendons dans l’eau à quelques mètres du banc de sable, pour les voir se jeter à l’eau et passer autour de nous. Ces animaux sont farouches, il ne faut pas les effrayer, mais ils aiment le contact. Les plus jeunes sont jouettes, il nous approche à moins d’un mètre et nous observe yeux dans les yeux de façon intense. Un grand moment…
 

La péninsule de Valdes et la côte atlantique
La péninsule de Valdes et la côte atlantique
La péninsule de Valdes et la côte atlantique
La péninsule de Valdes et la côte atlantique
La péninsule de Valdes et la côte atlantique
La péninsule de Valdes et la côte atlantique
La péninsule de Valdes et la côte atlantique
La péninsule de Valdes et la côte atlantique
La péninsule de Valdes et la côte atlantique

Nous passons aussi 2 soirées à discuter avec nos amis Gabriel et Manon. Ils sont déjà depuis 9 mois sur la route et encore sans doute pour 1 an ou un peu plus. Ils se posent plein de questions et font preuve d’une philosophie de vie toute simple et réaliste. Le partage est riche. Lise parle musique avec Gabriel. 


Au lever, un gros car tente un demi-tour sur le parking de notre bivouac vue sur Mer, et s’ensable… Voilà donc tout un groupe de personne retraitée, bloquée sous la canicule. Je propose alors nos 3 fauteuils pour permettre aux plus âgés de s’assoir et je sors aussi la tente solaire. Miracle, de l’ombre pour plus de 10 personnes qui nous remercie avec tellement de chaleur et de bienveillance… Le travail de désensablage continue mais n’est pas facile. Ils font appel à un gros camion pour tracter le car et au bout d’une heure c’est la délivrance. Eclat de joie et sourire sur tous les visages !!! Et c’est alors que commence une séance photo dans tous les sens, en signe de remerciement. C’est incroyable de voir qu’à aucun moment, il n’y a eu un éclat de voix ou quelqu’un qui exprime son mécontentement. Les argentins sont philosophes, généreux, bienveillants. Cela remplit nos cœurs, et nous prenons la route pour 250 KM vers la péninsule de Valdes.
 

La péninsule de Valdes et la côte atlantique
La péninsule de Valdes et la côte atlantiqueLa péninsule de Valdes et la côte atlantique
La péninsule de Valdes et la côte atlantiqueLa péninsule de Valdes et la côte atlantique

Encore un très beau spot ce mercredi soir. Aux portes de la péninsule en bord de mer. Réveil en sursaut vers minuit, le vent se lève très fort et le sable est partout. Nous devons redescendre la tente de toit, et faire dormir Lise en bas. Zut, nos maillots qui séchaient à l’arrière du Van se sont envolés. Petite recherche à la lampe frontale en pleine tempête de sable… On en retrouve 2, manque le top du bikini de Sandrine … Que nous retrouverons le lendemain matin finalement.


Vendredi matin c’est matinée « courses ». Gros super marché, diesel et ad-blue, plein d’eau et… des sous chez Western Union. C’est là que nous constatons que la situation économique du pays reste catastrophique. Si l’on ressent chez nous l’effet d’une inflation de 10% annuelle, ici c’est 10% tous les mois !!! Cette inflation va de pair avec une perte continue de la valeur du peso argentin par rapport au dollar et à l’euro.

Conséquence, si au début du voyage, nous avions 300 pesos pour un euro, après 4 semaines nous obtenons 340 pesos pour un euro…. C’est dingue. Et c’est pour cette raison que les argentins se ruent dans les banques tous les mois pour retirer leur salaire. Ne rien laisser en banque et plutôt acheter un beau pick-up tout neuf, qu’on pourra revendre plus cher d’occasion dans un an si nécessaire…
 

La péninsule de Valdes et la côte atlantique
La péninsule de Valdes et la côte atlantiqueLa péninsule de Valdes et la côte atlantique
La péninsule de Valdes et la côte atlantiqueLa péninsule de Valdes et la côte atlantique

Nous entrons enfin sur la péninsule de Valdes ; c’est une réserve de faune marine exceptionnelle de 3600 km2, 100% protégée, dont la star est la baleine franche australe. Les zones abritées et moins froides des 2 golfes sont des zones de reproduction de baleine et entre juillet et novembre, il y en a des centaines, après elles migrent plus au sud. Sur la péninsule il y a également des éléphants de mer, lions de mer, orques, pingouins, dauphins… Nos 10 jours autour de cette région nous auront permis d’approcher tous ces animaux et ont étés très riches en émotion.


Nous rentrons d’une expédition de 140 km de piste à la recherche des orques sur Valdes… « Echec de la mission » après 3h d’observation lors de la marée montante, par contre, nous avons vu de très beaux pingouins Magellan (très marrants, surtout quand ils marchent), et aussi des éléphants de mer (jusque 4 tonnes pour les gros males), à ne pas confondre avec les lions de mer (jusque 400 kg). Demain nous tenterons une sortie en mer pour voire les baleines, il parait qu’il en reste quelques unes. Aujourd’hui toutes les sorties sont annulées à cause du vent. 
 

La péninsule de Valdes et la côte atlantique
La péninsule de Valdes et la côte atlantique
La péninsule de Valdes et la côte atlantique
La péninsule de Valdes et la côte atlantique
La péninsule de Valdes et la côte atlantique
La péninsule de Valdes et la côte atlantique
La péninsule de Valdes et la côte atlantique

Mercredi 30, il est 10.30 en bord de mer au milieu de nulle part. Sandrine donne un cours de stat à Lise. C’est souvent pour moi l’occasion de prendre la plume. Il faut dire que Sandrine donne toutes les matières scientifiques et moi principalement le Néerlandais… La nuit a été calme, sans vent. Plus nous descendrons, plus le vent sera présent. En matière météo, hier nous avons vécu la plus grosse différence de température en un temps record. Sur 20 minutes de route, nous sommes passés de 32° à 11°, à peine croyable. C’est comme cela la Patagonie, on peut y rencontrer les 4 saisons en une journée.


Petit retour en arrière, nous avons passé 3 jours sur la péninsule de Valdes, et finirons par rencontrer ces fameuses baleines, lors d’une sortie en mer exceptionnelle. Nous étions 4 sur un bateau prévu pour 40. Condition parfaite pour cette rencontre unique avec une maman et son petit elle tourne autour du bateau, elle fait tout de même 17m de long et le petit 5m. Nous sympathisons avec Katrien, de Bruxelles… qui voyage sac à dos pendant un mois. 
 

La péninsule de Valdes et la côte atlantique
La péninsule de Valdes et la côte atlantique
La péninsule de Valdes et la côte atlantique
La péninsule de Valdes et la côte atlantique
La péninsule de Valdes et la côte atlantique

Le dimanche c’est repos, pas d’école. Ballade le long de la mer. Nous tombons sur un énorme fanon de baleine. Il faut dire que cette année, une algue rouge à provoqué la mort de 30 baleines… Nous observons ce fanon de près et en prenons quelques morceau pour notre boite à souvenir. Après midi BBQ argentin et départ pour la suite. Visite d’un musée faune et flore NUL. Le soir bivouac dans une petite allée privée à l’abri d’un mur. Assez moche, mais calme.

La péninsule de Valdes et la côte atlantique
La péninsule de Valdes et la côte atlantiqueLa péninsule de Valdes et la côte atlantique

Lundi nous ferons encore une sortie mer à la rencontre des dauphins de Commerson, noir et blanc. Là, le bateau sera full… Et nous en verrons beaucoup. Le dauphin est joueur et tourne autour du bateau. Re-piste en fin de journée pour prendre la direction d’une petite plage très belle et totalement isolée. Et c’est là qu’un moment magique s’offre à nous à la rencontre des éléphants de mer. Lise se prend d’affection pour l’un d’entre eux, un bébé, avec qui nous restons en interaction pendant plus d’une heure et demi. Le contact visuel est direct à quelques centimètres. Une caresse est même possible. L’animal se rapproche régulièrement et effectue une série de figure. L’approche est comparable à celle d’un animal de compagnie, très beau moment. 

La péninsule de Valdes et la côte atlantique
La péninsule de Valdes et la côte atlantique
La péninsule de Valdes et la côte atlantique
La péninsule de Valdes et la côte atlantique
La péninsule de Valdes et la côte atlantique
La péninsule de Valdes et la côte atlantique
La péninsule de Valdes et la côte atlantique
La péninsule de Valdes et la côte atlantique
La péninsule de Valdes et la côte atlantique
La péninsule de Valdes et la côte atlantique
La péninsule de Valdes et la côte atlantique
La péninsule de Valdes et la côte atlantique
La péninsule de Valdes et la côte atlantique
La péninsule de Valdes et la côte atlantique

Au milieu de la nuit, le vent se lève très fort. Je crains pour la tente de toit, et vers 1.00 nous sommes tous réveillés. Mais Lise me dit « papa ça va… cela tient bien », cela me rassure, je mets mes boules quies pour le reste de la nuit. Le lendemain, début de journée classique, école, repas, ballade et route à la rencontre d’une colonie de pingouin à Punta Tombo, une des plus grandes colonies du monde, il fait froid et venteux et on est seuls ici alors que d’habitude c’est touristique. Il y a des bébés qui viennent de naitre. Nous reprenons la mauvaise piste vers 18.00 pour 70 km sans dépasser les 40 km/h… Le paysage est hyper monotone, rien ne se passe, c’est presque une séance de Yoga au volant. Sandrine à faim, Lise dort à l’arrière. Il est 20.30 quand nous nous arrêtons une nouvelle fois en bord de plage au milieu de nulle part. Et c’est là que nous tombons sur Manon et Martin, Namurois, tous seuls sur cette plage !!! Ils font un an sac à dos, et là petite pose d’un mois un van de location. Nous partagerons une tisane à 5 dans FreeFree. Le vent est tombé la nuit sera calme. 


D’ici 2 jours nous quitterons la côte à hauteur de Comodoro pour passer à l’ouest et retrouver Maud et Nathan à El calafate le 13 décembre. On se réjouit. Notre périple à la rencontre des animaux marins touche donc à sa fin. Dommage, quelles belles découvertes.


Nous sommes actuellement à Camarones, dans une station service, où les argentins regardent le foot, et viennent de gagner !

Organisation pratique
Au niveau du diesel, nous avons une autonomie de 700 KM. Vu les distances possibles entre 2 stations, nous faisons le plein à partir de 450 KM. Pour l’eau, pas trop de soucis pour remplir notre réservoir de 100L. On prend des micros douches (5 litres) à l’intérieur ou dehors par la fenêtre. Mais ce matin on est à sec… Pour la toilette, nous privilégions la nature, sans laisser de papier polluant… Principalement petit pipi dans la toilette intérieure. Nous n’utilisons pas de produit chimique. Nous vidangeons donc régulièrement dans la nature. Pour le Gaz, une bonbonne nous donne 1 à 2 mois d’autonomie, en fonction de l’utilisation du chauffage. Et pour les courses alimentaires, nous nous ravitaillons dans les petits supers marchés locaux. Reste les sous à la Western Union toutes les2 semaines.   

 

 

La péninsule de Valdes et la côte atlantique
La péninsule de Valdes et la côte atlantique
La péninsule de Valdes et la côte atlantique
La péninsule de Valdes et la côte atlantique
La péninsule de Valdes et la côte atlantique
La péninsule de Valdes et la côte atlantique
La péninsule de Valdes et la côte atlantique
La péninsule de Valdes et la côte atlantique
La péninsule de Valdes et la côte atlantique
La péninsule de Valdes et la côte atlantique
Commenter cet article
A
Coucou tonton François. J’ai vu avec mes parents toutes les photos de votre voyage, ça a l’air trop chouette, surtout les animaux de mer!!! Gros bisous à vous 3. Adrien😘
Répondre
S
Merci Adrien, oui c'est très chouette on profite beaucoup! On a passé des bons moments avec les animaux. Maintenant on est parti vers la montagne. On t'envoie des gros bisous!
D
Comme ça donne envie , supers souvenirs , quel périple
Répondre